Colloque international – 8/9 dec. 2022 Bordeaux

Repenser les lieux de spectacle de la première modernité :   sources et méthodes du virtuel pour l’histoire du théâtre

Université Bordeaux Montaigne, jeudi 8 et vendredi 9 décembre 2022

Colloque international organisé dans le cadre du projet Virtual Theaters in the French Atlantic World : Spectacle and Urbanism (18th-19th centuries), financé par le Thomas Jefferson Fund de la French-American Cultural Exchange (FACE) Council du Ministère des Affaires Étrangères.

Organisateurs : Pauline Beaucé (Maîtresse de conférences en études théâtrales, Université Bordeaux Montaigne) et Jeffrey Leichman (Associate professor, French Literature, Louisiana State University), avec l’aide de Louise de Sédouy (doctorante, allocataire-monitrice, Université Bordeaux Montaigne).

Consulter l’appel à communication en français et en anglais (date limite de soumission : 10 avril 2022).
 
 

Présentation (in English below)

Le colloque international Repenser les lieux du spectacle de la première modernité a pour objectif de dégager de nouvelles perspectives sur l’histoire du théâtre de la première modernité en s’intéressant aux recherches qui portent sur l’étude des lieux de spectacles, leurs usages, leur implantation dans les villes et dans l’imaginaire collectif. En effet, travailler sur ces espaces permet d’envisager les conditions matérielles et artistiques du spectacle mais aussi d’interroger les usages sociaux à l’œuvre. L’intérêt pour les lieux de théâtre anciens n’est pas nouveau mais à l’ère du numérique, il s’accompagne de nouvelles potentialités. Aux méthodes d’analyse et de restitutions traditionnelles s’ajoutent les outils offerts par la modélisation numérique. Ils rendent possible non seulement de visualiser, d’analyser les théâtres et l’activité qu’ils accueillent mais aussi de faire l’expérience sensible des lieux du passé. 

Les problématiques principales de ce colloque s’orienteront ainsi vers la notion de virtuel en ce qu’elle permet d’interroger non seulement les outils technologiques à disposition du chercheur (réalité virtuelle, impression 3D, jeu vidéo, SIG…) mais aussi de repenser les sources parfois peu exploitées (les plans ou descriptions de lieux virtuels jamais construits) ou à réinvestir (imaginaire des espaces de spectacle dans la fiction, archives concernant les aspects matériels). In fine, ces outils et ces sources soulèvent des enjeux qui dépassent l’écriture de l’histoire du théâtre et interrogent aussi la médiation des savoirs (pédagogie, patrimonialisation, création artistique). Conséquemment, sur le plan institutionnel, l’exploitation de ces technologies implique également un décloisonnement des champs de recherche avec l’obligation de collaboration au sein des ​équipes qui rassemblent des compétences très diverses, mais dont les besoins sp​écifiques de chaque membre ne seront pas toujours alignés. Questionner et renouveler les modalités de la recherche en histoire du théâtre sera ainsi un des buts de ce colloque, qui cherche aussi à dégager des modèles possibles pour concevoir le travail de l’historien dans un paysage universitaire international en pleine mutation.

Ce colloque vient clore le projet transatlantique Virtual Theaters in the French Atlantic World : Spectacle and Urbanism (18th-19th centuries), financé par le Thomas Jefferson Fund de la French-American Cultural Exchange (FACE) Council du Ministère des Affaires Étrangères. L’hypothèse de recherche proposée soutient que la recréation des espaces théâtraux (entre autres, par le biais du numérique) peut nous aider à mieux comprendre la façon dont les villes ont historiquement envisagé les lieux de spectacle comme un indice de valeur culturelle. Cette virtualité se retrouve tout autant dans notre intérêt pour les lieux qui n’ont pas vu le jour et sont restés à l’état de projets papier que dans l’usage de la réalité virtuelle pour reconstituer de façon sensible ces espaces. Ce projet met en évidence de nombreux types de virtualité – théâtrale, historique et technologique – qui sont inhérents à notre compréhension du passé, tout comme ils sont essentiels au développement de la recherche en sciences humaines.

Comité scientifique :  Pannill Camp (Associate professor, Performing Arts, Washington University of St Louis) , Jan Clarke (Professor of French, Durham University), Sandrine Dubouilh (Professeure d’études théâtrales, Université Bordeaux Montaigne, Professeure à l’Ecole Nationale d’Architecture Paris Val de Seine), Paul François (Architecte, Ingénieur de recherche, CNRS A3M), Jeffrey Ravel (Professor of History, Massachusetts Institute of Technology), Françoise Rubellin (Professeure de littérature française XVIIIe siècle, Université de Nantes), Cyril Triolaire (Maître de conférences en études théâtrales, Université Clermont Auvergne)

 

The international conference Rethinking Early Modern Sites of Spectacle seeks to provide an overview of new perspectives on early modern theatre history, with a specific emphasis on the study of the spaces and locations of public entertainment, their usages, their integration into city life and their place in the collective imaginary. The study of these spaces affords a privileged view not only of the material and artistic conditions of performing arts, but also of the significance for the development of an early modern urban sociability of theatrical structures and the artistic practices they housed and fostered. While study of theatrical architecture has long played an important role in theatre history, the increased accessibility of computer-based processes and digital methods has significantly impacted this aspect of the field, adding a wide variety of modeling tools to augment traditional approaches to analysis and restitution. New techniques allow researchers to visualize and comprehend the theatrical activity hosted by these sites, while also offering a vastly expanded sensory experience of long-lost spaces.

The main theoretical focus of this conference is encapsulated in the notion of the virtual, inasmuch as this concept not only allows for an analysis of research tools based on new technologies (virtual reality, 3D printing, video games, GIS…), but also provides an opportunity to re-think underexploited sources (e.g., plans and descriptions of virtual or never constructed theatres) as well as familiar sources in need of reevaluation (imaginaries of theatrical space in fiction, archives concerning the material life of performance). As a research paradigm in theatre historiography, the technologies and methodologies of the virtual allow us to situate this work within larger disciplinary consideration of how knowledge is mediated and transmitted, engaging questions of pedagogy, patrimonialization, and artistic creation. This in turn entails important institutional consequences, including a de-siloing of research endeavors to facilitate projects that require collaboration between scholars with vastly different competencies and sometimes divergent outcome goals. Questioning and renewing modalities of research in theatre history is thus one of the conference’s goals, alongside the elaboration of new possible models for recasting the historian’s work in a rapidly transforming higher education and research landscape.

This conference also serves as the conclusion of the transatlantic project Virtual Theatres in the French Atlantic World: Spectacle and Urbanism (18th-19th centuries), financed by the Thomas Jefferson Fund of the French-American Cultural Exchange (FACE) Council of the French Ministry of Foreign Affairs. Our proposed research hypothesis holds that the re-creation of theatre spaces (through digital tools, amongst others), can help us better understand the ways in which cities have historically envisioned sites of spectacle as an index of cultural value. Virtuality plays an important role in this investigation, evidenced as much in our interest in unbuilt projects that remained in paper form, as in our recourse to VR to create immersive sensory models of these spaces. This project seeks to highlight several kinds of virtuality – theatrical, historical, technological – which are inherent in our understanding of the past, just as they are essential drivers of progress in contemporary humanities research.